Les salons de massage nuisent aux bars de danseuses

Bars de danseuses en péril, il faut resserer le contrôle sur les salons de massage

S’il y a quelque chose qui depuis 10 ans prolifère dans les grandes villes du Québec, dont Montréal, ce sont les salons de massage.

Juste à Montréal, il y en aurait plus de 400.

En fait ces salons de massage, s’anoncent un peu partout sur le web et ont tous leurs sites Internet.

Ainsi pour environ 60$ le client aura une chambre (ou salle dépendamment du terme employé) et pour un 60$ additionnel il choisit la masseuse disponible lors de sa visite en salon.

Les options sont à discuter avec la masseuse, une fois dans en salle.

Ça ne prend pas la tête à Papineau pour savoir ce que le client veut et ce que la masseuse peut offrir. Dans certains salons privés qui s’annoncent sur des sites d’anonces classées pour adultes, la masseuse peut offrir la totale si le client y met le prix et souvent c’est en bas de 160$.

Plusieurs salons disent qu’il y a aucun acte sexuel qui se passent en salle. Pourtant quand on va faire un tour sur les sites d’évaluation de ces salons ou encore quand on visite les sites d’annonces classées pour adultes, on comprend que plusieurs peuvent offrir la totale.

Le minimum que le client paie habituellement est pour la branlette à la fin, que plusieurs masseuses appellent la détente manuelle.

Mais le point n’est pas là. Cette prolifération de ces salons nuient grandement aux bars de danseuses.

Qu’on se comprennent, si à 120$ ou 140$ un client peut toucher une femme pendant 1h et ensuite à la fin avoir sa petite branlette. Vous comprendrez que monétairement, le bar de danseuses en ville ne fait pas le poids. Sexuellement encore moins.

Bon, est-ce que la branlette prodiguée par une masseuse est un acte sexuel ou non, on vous laisse jouer sur les mots et les lois?

Notre point est que dans un bar de danseuses straight, pour autant d’argent, le client aura sept danses et rien de plus.

Bien sûr que ce ne sont pas tous les clients de salons de massage qui recherchent la branlette ou l’acte sexuel buccal ou avec pénétration. Encore moins chez les bars de danseuses.

Sauf qu’aucun bar de danseuses straight ne peut rivaliser avec ces salons.

Les villes doivent règlementer davantage ces salons afin que les bars de danseuses puissent survivre.

À Montréal depuis 5 ans on dénombre la fermeture de près de 10 bars de danseuses et pas les moindre. Pendant que près d’une centaine de nouveaux salons de massage ont ouvert.

D’un autre côté le client se plaint que les danses dans les bars de danseuses sont rendues 20$. C’est certain qu’elles auraient pu demeurer à 10$, mais les filles ne font plus d’argent et la facilité à été d’augmenter les danses à 20$. C’est là que plusieurs clients ont déserté les bars de danseuses.

L’industrie des bars de danseuses est en péril dans les grandes villes et sans ramener les danses à 10$ et une législation plus serréee des salons de massage, davantage de bars de danseuses vont fermer dans les années à venir. On a vu récemment que l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie à Montréal veut interdire sur son territoire les salons de massage et les bars de danseuses. Ça ne règle rien dutout. Ces politiciens ne comprennent pas que les bars de danseuses offrent du divertissement alors que les salons de massage offrent au minimum de masturber leurs clients. Y a rien de tout ça qui se passent dans un bar de danseuse en ville alors que ce dernier est souvent plus clean que que le grand bol d’eau bénite placé à l’entrée de l’église.

Posted in Blog.

4 Comments

  1. J’en ai eu des danses dans ma vie et je peux garantir que aujourd’hui c’est rare de croiser des filles avec autant de fougue qu’il y a 10 ans ! Surtout que c’est rendu à 20 je m’attend à une coche au dessus qu’il y ai du cœur dans leur travail mais les dernières fois j’ai tellement été déçu que je ne trouve plus la peine d’y retourner !

  2. Se réfugier derrière le fait que des actes “illégaux” se passent dans les salons de massage alors il faudrait tous les interdire ?
    Pour les bars de danseuses plus clean que l’eau bénite de l’église du coin, ça prend pas la tête à Papineau pour savoir (et je suis allé longtemps en bar de danseuses!) qu’il s’y passe aussi des actes “illégaux” dépendamment du club, de la période de la journée lol

    Pourquoi pas plutôt réinventer les bars de danseuses ?
    Afin de les rendre compétitif en proposant des nouveautés et surprises qui améliorerait l’achalandage …
    Des concours, des shows mieux fait comme on voyait il y a quelques années par exemple aux Amazones et même au Solid Gold…

    Et ça c’est au bar d’y réfléchir avant tout !

    • Des actes illégaux dans des bars de danseuses à Montréal. Attention à ce que vous avancez.
      Comment réinventez un club de danseuses alors que le salon de massage fait une compétition déloyale?
      On ne dit pas de fermer les salons de massage, on dit d’en resserer le contrôle et comme à Montréal, de cesser d’émettre des permis avec autant de facilité. De plus dans certains arrondissements, des salons de massages sont directement localisés près d’une garderie ou d’une école primaire ou secondaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *